Accueillons le regard miséricordieux du Christ

Dans l’Évangile de « la femme adultère », les scribes et les pharisiens tendent
un piège à Jésus en cherchant à le mettre en porte à faux vis à vis à vis de la Loi de Moise et ainsi pouvoir le condamner devant le peuple. Mais c’est d’abord envers eux qu’Il va manifester sa miséricorde. En effet pourquoi la réponse de Jésus a t -elle contraint les scribes et les pharisiens à partir, à commencer par les plus âgés ? Le Seigneur ne nous appelle t-il pas à nous regarder en vérité, à reconnaître que nous avons besoin de nous convertir ?

En les renvoyant face à eux-mêmes, Jésus va les empêcher de commettre un
péché plus grave : la condamnation à mort. Le jugement appartient à Lui seul, Lui qui s’est fait serviteur en donnant sa vie pour nous.

Face à la malédiction du péché, le Christ nous propose un chemin de vie. Il ne
pose pas sur nous un regard de condamnation mais de compassion. Se tenir humble devant Lui, c’est Lui permettre d’agir pour nous libérer de nos difficultés à aimer avec le regard de Dieu.

En sauvant cette femme de la lapidation, Jésus ne remet cependant pas en cause la gravité du péché d’adultère. Dans son sermon sur la montagne, Jésus nous met en garde sur les mauvaises inclinaisons de notre cœur où fermente le péché : « Tout homme qui regarde une femme avec convoitise a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur » (Matthieu 5, 21-22). Pécheurs pardonnés par le Seigneur, n’ayons pas peur d’être des « Simon de Cyrène » sur le chemin du calvaire pour pouvoir nous réjouir avec Lui de sa victoire au matin de Pâques.

———————————————————————-Emmanuel Sohier, diacre

Updated: 14 avril 2019 — 19 h 54 min
Paroisse Saint-Augustin © 2016 Frontier Theme