La Confession, sacrement de la Miséricorde

La Confession, sacrement de la Miséricorde
Les Actes principaux de la Confession
Examen de conscience, en attendant sa confession :
L’examen de conscience permet de ne pas en rester à une introspection sentimentale ou une analyse psychologique de ses défauts, mais nous amène à un vrai regret de ce qui, dans notre vie, va objectivement contre l’amour de Dieu, du prochain et de soi-même.
Péchés commis contre Dieu : manque de prière, de pratique, injures, blasphèmes, refus de l’enseignement de l’Église…
Péchés commis contre son prochain : critique, médisance, calomnie, mensonge, vol, mauvais exemple, manque de respect, de service, paresse, manque de charité…
Péchés commis contre soi-même : orgueil, égoïsme, paresse, mauvais usage d’internet et des moyens de communication, gourmandise et abus d’alcool, de drogue, impureté…
Avec le prêtre, pendant la confession :
Introduction : « Bénissez-moi, mon Père, parce que j’ai péché »
L’aveu de ses fautes : précis, sincère et complet, sans « se raconter », ni « se justifier »
L’acte de contrition : la contrition est la souffrance du cœur qui regrette son péché et pleure son mal, non pas tant par crainte du châtiment, que par douleur d’avoir blessé l’Amour de Dieu.
L’accomplissement de la pénitence donnée par le prêtre : prière, jeûne, aumône, petit sacrifice ou effort…

 

Points pratiques
La confession est un sacrement que l’on peut recevoir au rythme de 4 à 6 semaines. Une confession trop fréquente engendre scrupules et inquiétude.
Pour permettre au plus grand nombre de personnes de pouvoir se confesser, être clair, succinct, sans s’épancher : le spirituel n’est pas le psychologique !
La durée d’une confession normale est d’environ 5 à 10 minutes. Ne pas la confondre avec un entretien spirituel.

 

 

 

Updated: 16 avril 2019 — 17 h 06 min
Paroisse Saint-Augustin © 2016 Frontier Theme