L’amour est exigeant

A l’occasion de l’année internationale de la famille déclarée par l’Organisation des Nations Unis en 1994, le pape Jean Paul II a adressé une lettre aux familles dans laquelle il aborde l’exigence de l’amour selon l’hymne à la charité de l’apôtre Paul.
L’amour auquel l’Apôtre Paul a consacré un hymne dans la première Lettre aux Corinthiens — l’amour qui est « patient », qui « rend service » et qui « supporte tout » (1 Co 13, 4. 7) — est assurément un amour exigeant. C’est là justement que réside sa beauté, dans le fait d’être exigeant, car ainsi il édifie le vrai bien de l’homme et le fait rayonner sur les autres. En effet, le bien par sa nature « tend à se communiquer », comme le dit saint Thomas d’Aquin. L’amour est vrai quand il crée le bien des per-sonnes et des communautés, quand il le crée et le donne aux autres. Seul celui qui sait être exigeant envers lui-même, au nom de l’amour, peut aussi demander aux autres l’amour. Car l’amour est exigeant. Il l’est dans toutes les situations humaines ; il l’est plus encore pour qui s’ouvre à l’Évangile. N’est-ce pas là ce que proclame le Christ par « son » commandement (« Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jn 15,12)) ? Il faut que les hommes d’aujourd’hui découvrent cet amour exigeant, parce qu’en lui se trouve le fondement vraiment solide de la famille, un fondement qui la rend capable de « supporter tout ». Selon l’Apôtre, l’amour n’est pas apte à « tout sup-porter » s’il cède aux « rancunes », s’il « se vante » ou s’il « se gonfle d’orgueil » (1 Co 13, 4-5). Le véritable amour, enseigne saint Paul, est différent : « Il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout » (1 Co 13, 7). C’est cet amour-là qui « supportera tout ». La puissance de Dieu même, qui « est amour », agit en lui (1 Jn 4,16). La puis-sance du Christ, Rédempteur de l’homme et Sauveur du monde, agit en lui.
Méditant le chapitre 13 de la première Lettre de saint Paul aux Corinthiens, nous prenons le chemin qui nous conduira à comprendre de la manière la plus immé-diate et la plus pénétrante le véritable sens de la civilisation de l’amour. Aucun autre texte biblique que l’hymne à la charité n’exprime cette vérité de manière plus simple et plus profonde.
Emmanuel Sohier, diacre

Updated: 11 février 2019 — 21 h 26 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Paroisse Saint-Augustin © 2016 Frontier Theme