Ne le savez-vous pas ? Vos corps sont les membres du Christ 1. Co 6,15

             La semaine dernière, sur la montagne de la Transfiguration, Jésus manifestait la gloire promise à notre humanité. Oui, il est bon de rester quelques instants à méditer cette grande nouvelle avec saint Pierre. C’est notre humanité que Jésus élève à la gloire par son obéissance !
Mais il est temps, maintenant, d’en tirer les conséquences qui s’imposent :

          – Au Temple de Jérusalem, lors des fêtes de la Pâque juive, Jésus fait comprendre à ses auditeurs que le véritable temple, le lieu où l’on adore Dieu en esprit et en vérité, c’est son propre corps. C’est dans le corps du Christ que nous sommes rendus présents à la présence de Dieu. C’est dans son Eglise, que le Seigneur s’offre lui-même. C’est donc dans la mesure où nous participons à la vie du corps, c’est-à-dire à la vie de l’Eglise, que nous avons part au don du Christ.

          En ce temps de carême, ayons à cœur de manifester l’unité de l’Eglise en prenant le temps de nous aimer les uns les autres. La paroisse en effet, doit pouvoir être un reflet de cette grâce que le Seigneur fait à ses disciples de les rassembler, pour la bonne et simple raison qu’ils l’aiment, lui. Prenons le temps d’être, ensemble, les membres d’un même corps, et non pas seulement des « coreligionnaires », les uns à côté des autres.

          – Le corps de Jésus est le lieu de la présence de Dieu au milieu des hommes. Or ce corps humain, c’est le même que le nôtre. Et puisque la grâce du baptême fait de nous des enfants de Dieu au même titre que le Fils, Jésus, puisque nous avons reçu l’Esprit Saint, nous sommes devenus, par la même occasion, une demeure pour Dieu.

          Alors que commence la 3e semaine de carême, laissons Jésus chasser en nous, dans notre corps, dans toute notre vie, ce qui nous empêche d’être un temple pour le Seigneur. Le fouet peut se révéler douloureux. Mais il l’est surtout parce qu’il nous fait prendre conscience de ce qui en nous, demeure encore un obstacle à l’amour de Dieu.

          A l’approche de la moitié du carême, gardons à l’esprit le Seigneur transfiguré, cette vision de la gloire que le Seigneur promet à ses fidèles, et marchons résolument vers les fêtes pascales en laissant le Seigneur faire le ménage dans notre vie.

                                                                          P. Stanislas Manuel

Updated: 11 mars 2018 — 23 h 35 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Paroisse Saint-Augustin © 2016 Frontier Theme